Flash info: notre collaborateur F.McKenzie se planque en Ecosse.

May 02, 2013

Il faut bien l’avouer, notre collaborateur F.McKenzie était plutôt content de lui. Il faut le comprendre. Pour une fois qu’il nous pondait un article ! Et puis un beau avec ca. Le genre qui fait rire, tout en éduquant. Amusant, plein de clins d’œil, stylé…  La totale. Il y avait même une référence à un bouquin proto-religieux écrit par un journaliste d’Esquire. Franchement, on ne fait pas mieux. Toute contente, la direction avait relu l’article, suggéré quelques corrections à notre ami McKenzie, et le tout était passé comme une lettre à la poste. Il s’agissait de mettre en garde nos contemporains contre l’abus insupportable de vêtements noirs, plaie étant à l’élégance masculine ce que le ciel londonien est à la météorologie : une invitation au cafard.

Mais c’était sans compter sur la réactivité de la blogosphère. Aussitôt mis en ligne, le billet suscita l’indignation. De Milan à New York, des téléphones se mirent à sonner, et les rédactrices furent convoquées au petit matin pour répondre à l’impertinence de notre estimé collègue. Depuis leur baignoire, les plus botoxées des reines de la mode se mirent à dicter des lettres d’insultes. Pris dans le faisceau de cette indignation, F.McKenzie quitta Londres lundi matin par le premier Eurostar, évitant pour une fois la classe affaire afin de ne pas risquer de rencontrer une journaliste.

Hélas, mardi soir, alors qu’il noyait son chagrin dans une boite de nuit interlope du 6e  arrondissement, dégustant mollement la boisson nationale de sa lointaine Ecosse, le destin le rattrapa. Repéré au comptoir par un élégant notoire, trendsetter reconnu depuis la perte de sa première dent de lait, McKenzie tenta de fuir, confondant la sortie avec l’entrée du fumoir. Acculé dans la fumée des cigarettes contre le mur d’une cave de Saint Germain des prés, il lui fallut alors se rendre à l’évidence : il allait devoir affronter son sort.

Commença alors une conversation passionnée à propos des tenues sombres, et de l’élégance masculine. Le tout dura des heures, jusqu’à ce qu’au petit matin, notre ami F.McKenzie finisse par s’enfuir, profitant de la distraction de son interlocuteur. Il se cache désormais dans une bergerie Highlands, voyageant sous une fausse identité jusqu’à se que l’indignation se calme. Tremblant pour sa carrière malgré nos promesses de ne pas le licencier, notre collaborateur nous a promis un droit de réponse d’ici quelques jours, admettant quelques utilisations possibles du noir, sans pour autant renoncer à sa thèse de base : porter de la couleur rend joyeux.

La direction.

Vous aimerez peut être aussi:

Noeud papillon à poisBelmondo jeuneCirage

Nos noeuds papillons         Belmondo, l'élégance à la francaise    Le cirage, tout un art.

 

Suivez-nous