L'homme qui a fait du cirage un art.

Mar 20, 2013

Shoeshine UKC’est une histoire qui a commencé comme des milliers d’autres. Il y a plus d’une dizaine d’années, en 1999, Steven Skippen, sympathique sujet de sa majesté, perd son emploi. Quelques temps plus tard, en attendant sa copine hôtesse de l’air dans le grand hall de l’aéroport de London City, le nouveau chômeur décide de se faire cirer les chaussures, faute d’avoir autre chose à faire. C’est là qu’entre deux coups de crème nourrissante, le cireur propose de l’embaucher. Il y a fort à parier que la plupart des gens n’auraient même pas relevés la proposition, mais Steven accepte, et au lieu de se désespérer sur son sort, décide de devenir le meilleur dans sa spécialité. Un an plus tard, il monte sa propre entreprise. « J’ai fondé Shoeshine UK en octobre 2000, raconte-t-il, nous étions basés au début au Hilton Métropole, avant de bouger vers le Hilton Park Lane.  Nous avons apportés avec nous un style de traitement des chaussures que le Royaume Uni n’avait jamais vu auparavant. »

Depuis 10 ans que son grand fauteuil en cuir est installé dans le lobby du Hilton Park Lane, à deux pas de Hyde Park, ses mains ont eu l’occasion de s’attarder sur les chaussures du Sultan de Brunei, de Mike Tyson, du roi de Jordanie, ou encore de Jean Claude Van Damme ou du grand footballeur nord irlandais George Best. A chaque fois, la technique, manuelle et décomposée en neuf étapes, est aussi précise, très loin du basique coup de brosse délivré tout autour du monde : « Les brosses n’ont aucun effet selon moi. Quand vous vous mettez de la crème sur le visage, vous utilisez une brosse ? J’aime faire pénétrer les produits dans le cuir, pour apporter un soin à la matière tout en la faisant briller. »

Shoeshine Hilton Park LaneCirage de chaussures Amoureux de son métier, Steven cherche à changer la perception du public sur ce qui devrait être selon lui un véritable soin apporté à la chaussure, et pas seulement un art du cache misère. « Pourquoi utiliser un service qui vous apportera un résultat que vous pourriez obtenir chez vous, alors que vous pouvez en découvrir un qui changera votre image du cirage de chaussures pour toujours ?  Le public n’est malheureusement pas au courant des différences entre les services proposés, et c’est pourquoi ce métier est aujourd’hui à son plus bas niveau.»

De fait, le service proposé par Steven apporte un véritable plus à des chaussures essoufflés, et permet évidemment de les faire durer beaucoup plus longtemps. Il commence par nourrir le cuir avec un produit spécial, le masse, puis applique successivement une multitude de teintes à chaque endroit de la chaussure, ceci permettant d’assombrir et d’éclaircir à volonté, et de souligner l’élancement du pied. Il finit même par repeindre le devant de la semelle, souvent éraflé par des heures de marche.  Après une vingtaine de minutes de traitement, les chaussures sont comme neuves, et même un peu plus, car la patine apporté est d’une qualité absolue. Les 18 couleurs qu’il utilise proviennent toutes de produits créés par Berluti, Saphir et Angelus. Il ne peut pas supporter les autres. « Dans de nombreux produits achetés en supermarché, vous pouvez reconnaitre une odeur de pétrole dès l’ouverture de la boite… » Chaussure avant traitementChaussure après traitement A côté de son espace de travail, deux paires de chaussures sont disposées proprement. Ses deux paires fétiches, qu’il ne porte presque jamais pour ne pas les abimer. L’une d’entre elle est d’ailleurs signée Berluti, sa marque favorite. « Mes marques de chaussures préférées vont un peu à l’encontre de l’opinion générale anglaise. Les deux que je place au dessus sont Berlutti,  une marque franco-italienne, et Weston, française. Viennent ensuite des entreprises anglaises comme Edward Green et Cleverly, anglo-italiennes et franco-anglaises, comme Gaziano Girling et John Lobb et italiennes comme Stefanobi, Santoni et Artioli. Puis beaucoup d’autres… »

Malgré son admiration pour le travail de Berluti, Steven a refusé deux fois un emploi comme coloriste dans la grande maison de souliers masculins. Il préfère rester indépendant, en espérant continuer à développer son activité, et à rendre nos chaussures plus belles. En attendant que vous passiez à Londres pour aller lui rendre visite dans le lobby du Hilton Park Lane, n’hésitez pas à consulter son site internet www.shoeshineuk.com, pour en savoir plus sur ses techniques.  

Vous aimerez peut être aussi : 

Bonne longueur pantalonTailleurBretelles homme

La longueur d'un pantalon     Une visite chez le tailleur         Notre selection de bretelles

  

Suivez-nous