Londres ou Paris, question de style.

Jan 27, 2013

GentlemenIl est courant d’entendre dire que la mondialisation a aplani les différences culturelles, au moins dans les pays dit « occidentaux ». C’est souvent vrai, mais la chose est tout de même sujette à variation, et une semaine passée dans l’Eurostar peut ainsi vous faire remarquer les subtilités propres à chacun des pays entourant les deux terminaux du fameux train. Multipliant ces temps ci les rendez vous avec bloggeurs mode et autres gentlemen accomplis résidants des deux côtés de la Manche, nous nous sommes pris à remarquer des différences de styles transcendant âges et classe sociales. La plus notable de ces dissemblances étant surement le degré de sophistication des uns et des autres, toujours élaboré chez les insulaires, souvent décontracté sur le continent.

Chez les hommes portant costume, on peut ainsi déterminer de vrais écarts entre la City et la Défense. Le français s’habille ainsi de façon plus simple que l’anglais, qui porte presque toujours des poignets mousquetaires fermés par des boutons de manchette.  En France, la chose est moins courante, tout comme l’usage des bretelles, extrêmement désuet à Paris, mais toujours du dernier chic à Londres. Le costume trois pièces lui aussi continue à être porté de manière beaucoup plus fréquente chez les sujets de sa majesté, qui voient en lui, avec raison, un habit élégant et non pas engoncé. En porter un au bureau en France reviendrait presque à débarquer en boite de nuit en jaquette. De même, le degré de sophistication exigé par un supérieur hiérarchique peut atteindre des sommets dans les vieilles institutions de la finance, de l’assurance, ou de la banque britannique, où arriver au bureau en portant une chemise à poche peut vous conduire tout droit à un aller-retour express jusqu’à votre domicile afin de revenir habiller « décemment ». De telles règles seraient évidemment outrancières dans n’importe quelle entreprise française. Deux pays, deux façons de voir les choses...

Chez les plus jeunes, il suffit d’apercevoir la différence de style entre les quartiers branchés de Paris ou de Londres pour s’apercevoir que la règle est aussi applicable. Les « cool kids » parisiens vont boire du vin bio dans le 10e arrondissement en baskets blanches, jean, chemise à carreau, barbe de trois jours et casquette, quand les « Hipsters » londoniens se baladent à Brick Lane ou Dalston avec une barbe de 30 cm de long, une coiffe indienne, un sarouel et des lunettes de soleil des années 20. Le britannique va jusqu’au bout des choses. En soirée, le français moyen tentera de jouer la subtilité torturée, tout en contrôle et en mesure, chemise blanche, pull gris et cheveux mi-longs, quand le jeune anglais se livrera tout entier à l’esprit de la fête, se déguisant chaque week-end en, selon le thème choisi par l’hôte, geek, maharadjah, William Wallace ou encore Leonardo des tortues Ninja. La France communie à l’allure faussement négligée, l’Angleterre aime les looks recherchés.

Dans un domaine pourtant, tout s’inverse : la cuisine. Un français débarquant à Londres découvrira d’ailleurs avec beaucoup de surprise la version anglaise de « un diner presque parfait », « Come dine with me » dans la langue de Shakespeare. Sans avoir une passion particulière pour l’émission française, il nous semble que les participants tentent en permanence de déployer des trésors de raffinement, ou de tradition, pour satisfaire leurs invités. En Angleterre, ceux-ci  avalent sans sourciller un bon vieux saucisse-purée suivi d’un gâteau décongelé, tout en médisant de la candidate de la veille qui avait tenté de leur faire déguster des fruits de mer. Le tout bien arrosé de vin au bouchon dévissable. En Albion, faire compliqué à table est presque un manque de savoir vivre, et il faut toujours être simple afin d’être sur de plaire à tout le monde. Ce qui peut aussi avoir de sacrés avantages, ceci évitant par exemple de se retrouver à la table d’un prétentieux ayant décidé de tester le dernier livre de recettes de Feran Adrià sur votre pauvre estomac qui n’avait rien demandé à personne.  

Vous aimerez peut être aussi : 

CravateDandyHiver

Notre sélection de cravates     A propos des dandys             Erreurs de style hivernales


Suivez-nous